10-2018 | Les Moken acteurs de la transmission culturelle

En novembre 2018, les Moken des sous-groupes de Niawy et Lengan ont expliqué qu'ils souhaitaient aider l’équipe du MAM à transmettre leur culture en lui confiant un poteau aux esprits réalisé devant elle, puis deux modèles de Kabang (bateau moken).

Le x novembre 2018, l’équipe du MAM accoste sur l’île de Niawy. Durant des années, Jacques Ivanoff a patiemment collecté des enregistrements de littérature orale Moken, ainsi que des objets rituels ou du quotidien. Un des objectifs de l’équipe est de comprendre la position des Moken vis à vis de ces objets, dans le cadre d’un travail muséographique consistant à présenter ce corpus à un large public. Que peut-on montrer ou ne pas montrer. Que peut-on dire ou ne pas dire ? Se pose également la question de la restitution de ce corpus au peuple dont il est issu.
Dès le lendemain, Ibling, le chamane du sous-groupe de Niawy, se lance dans la réalisation d’un poteau aux esprits. L’équipe du MAM assiste alors à toutes les étapes de la réalisation de ce Lobung (totem). Une fois le drapeau fixé au sommet, signe de l’achèvement du poteau,
le mielleux le tend alors à Jacques Ivanoff. Ce dernier demande au mielleux s’il s’agit d’un don, d’un cadeau, et là, le mielleux nous indique qu’il ne s’agit pas tout à fait de cela, mais nous ne parvenons pas alors à comprendre avec exactitude son message.

• Le mielleux remettant le poteau à Jacques Ivanoff, sur l’ile de Niawy

Le x novembre 2018, l’équipe du MAM reprend la mer pour une courte traversée en direction de Bo Cho island, emportant avec elle le précieux poteau. Après quelques heures de navigation sur une mer agitée, l’équipe débarque à la tombée de la nuit sur Bo Cho Island. Vue l’heure d’arrivée un peu tardive, il faut attendre le lendemain pour aller saluer Gatcha, le chamane du sous-groupe “Lengan”..
Le lendemain, Jacques Ivanoff et Maxime Boutry se rendent donc chez le chamane Gatcha. A peine sont ils arrivés que Gatcha demande à ce que l’on apporte 2 maquettes de Kabang et qu’on les remette aux ethnologues : la grande maquette pour Jacques Ivanoff, le maître, et la plus petite pour Maxime Boutry, le disciple. Le message de Gatcha est limpide : de même que le maître ethnologue transmet à son disciple, les Moken transmettent leur culture aux ethnologues.

Et soudain, tout devient clair pour l’équipe : la transmission, c’est bien ce qu’exprimait quelques jours plus tôt le mielleux de Niawi. Il ne donnait pas le poteau, il le transmettait. Et par ces 2 gestes symboliques, 2 sous-groupes Moken faisaient passer ce formidable message à l’équipe du MAM : oui, les Moken veulent bien participer au projet, et aider l’équipe du MAM à transmettre leur culture.

• Le mielleux remettant le poteau à Jacques Ivanoff, sur l’ile de Niawy